Quelques réflexions –désabusées– entre les deux tours de scrutin

Pour faire court, les Français ont le choix entre la peste et le choléra. Ils ont à choisir entre un président sortant qui n’a pas su tenir ses promesses passées (et qui n’a naturellement aucune intention de tenir les promesses présentes) et un président aspirant qui n’a aucune chance de tenir les siennes, sauf à plonger le pays dans l’instant dans les affres d’une crise d’une exceptionnelle gravité.

Le malheur, pour les socialistes, est que l’on n’est plus en 1981 et que la France est devenue hautement vulnérable à la crise financière et économique qui nous guette. Or ce que les candidats à la présidence ont oublié de rappeler à leurs électeurs est que leur marge de manœuvre est extraordinairement limitée. Au moindre de faux pas, c’est le plongeon dans la tourmente des marchés. En fait, si on l’avait un peu perdue de vue depuis quelque temps, car elle ne fait plus la une des journaux, la crise s’est brutalement réveillée depuis le début de l’année en raison des inextricables difficultés que traverse l’Espagne, sans parler de l’Italie, des Pays Béas, et cela malgré l’action anesthésiante de la BCE qui a massivement inondé le marché de liquidités ( qu’il faudra bien rembourser d’ici trois ans). La croissance n’est pas repartie, l’endettement continue de s’alourdir et aucun des problèmes de fond qui paralysent l’Europe et l’euro n’ont été résolu. Mais, « après nous, le déluge », n’est-ce pas ?

Là encore une précision s’impose. Les promesses des unes et des autres de ramener le budget à l’équilibre en 2014 ou 2016, peu importe, sont hautement réconfortantes. Mais, en attendant, la dette continuera de croître et le poids des intérêts également, et cela aussi longtemps que le déficit ne sera pas réduit à zéro. Ce n’est pas pour demain.

C’est dire à quel point le cheminement entre une stabilité précaire et un naufrage assuré est bien étroit. Or les Français n’ont pas encore goûté aux délices de l’austérité. Mais ils vont devoir le faire, bon gré mal gré, des le lendemain de l’élection. Que de belles grèves en perspective à la SNCF et dans l’enseignement, comme d’hab !. Il ne fera pas bon de prétendre prendre le train au mois de mai.

****

Ceci étant, qui va l’emporter ? Ce n’est pas ici le lieu de se livrer au petit jeu stérile des devinettes. D’autres s’en chargent, grâce à Dieu. Nous nous limiterons à deux observations, d’une affligeante banalité je le crains. La première est, qu’au fil des résultats, la différence entre les deux camps s’est réduite come une peau de chagrin pour se ramener, en fin de compte, à un maigre 1,3 %, au grand désespoir des médias de gauche. Ce qui laisse effectivement entrevoir la possibilité d’une réélection du président sortant, malgré toutes les bourdes accomplies au cours de son mandat . L’affaire Merah est sans doute passée par là. Et cela en dépit de la perte de toute crédibilité de son discours, désormais émaillé de toutes sortes de promesses dont aucune n’a la moindre chance d’être tenue. Nicolas Sarkozy conserve certes, des chances d’être réélu, mais il ne le mérite certainement pas (voir mon article « Fin de mandat, un bilan largement négatif » du 9 novembre 2011)

La deuxième remarque est que la réserve de voix potentielles pour le président sortant est probablement plus opulente à droite qu’à gauche où les écolos ne font plus recette et où le score de Méchalon, à l’ineffable la mine frouchouillarde, s’est affaissé come un soufflé trop tôt retiré du four. Une fois de plus, comme on l’a souligné, le petit jeu des sondages manifestement orientés de façon à influencer sournoisement l’électorat, a tourné court. Les Français ont décidément la tête dure.

Pour ce qui concerne le futur comportement des candidats devenus présidents, là encore, les supputations vont bon train. Pour François Hollande, ce qui serait à craindre serait moins le personnage lui-même –car n’ayant rien fait il n’a rien pu faire de mal-que son entourage. Imaginons, non sans frémir Martine Aubry, auteur des inoubliables 35 heures qui nous collent à la peau come un manteau de Nessus, appelée à Matignon. Ce sera, sans coup férir, les 32 heures hebdomadaires ou la retraite à 55 ans, pour relancer sans doute l’économie française et opérer une nouvelle percée sociale. Et d’autant plus, qu’à l’inverse de notre hyper président, François Hollande aura, par tempérament, certainement tendance à jouer les « rois fainéants », et à laisser faire son Premier Ministre jusqu’à ce que le char de l’Etat soit irrémédiablement embourbé.

Pour Nicolas Sarkozy, le scénario le plus probable est mieux visible. Bien qu’il ait acquis, sur le tard, une certaine « épaisseur présidentielle », après avoir joué les Gavroches frondeurs au début de son mandat, on sent bien que l’homme n’a pas changé. D’ailleurs il est bien connu que les hommes politiques ne changent jamais,….sauf leur image. Il faudrait donc s’attendre à nouveau, en cas de réélection, à ces décisions en cascade, à l’emporte pièce, sans réflexion ni vision de long terme, parfois sur un coup de tête (on songerait à la Libye), qui ont fait le charme de son premier mandat. Au demeurant, cette caractéristique ne peut que s’aggraver avec le sentiment d’impunité que confère un second mandat. L’histoire le prouve abondamment. Les seconds mandats sont quasi uniformément pires que les premiers (George Bush, Tony Blair, Jacques Chirac, et bien d’autres encore). Il faudra bien faire avec.

***

Mais quelle « divine » surprise nous réserve le second tour ? Tout repose, on le sait, sur l’électorat de Marine Le Pen. Car l’inusable François Bayrou ne pourra guère faire mieux que de distribuer équitablement, à droite comme à gauche, une poignée de voix : de la menue monnaie. Les gros bataillons sont ailleurs, chez Marine Le Pen.

Il est assuré que, pour cette dernière, son intérêt manifeste est de faire tomber Nicolas Sarkozy. Car le FN n’a rigoureusement rien à gagner à la réélection de ce dernier, sauf à se faire « siphonner ses voix » une fois encore, sans obtenir quoi que ce soit en retour. C’est le petit jeu délicieux que la droite bien pensante joue depuis des décennies. Pour Nicolas Sarkozy, il aurait certes été plus astucieux, compte tenu de la « dédiabolisation » du FN, de prendre quelques contacts, ne serait-ce qu’ en sous main, de façon à laisser entrevoir la possibilité d’une participation aux affaires. C’aurait été l’équivalent, à l’envers, du « compromis historique » italien avec le parti communiste des années 70. Mais Nicolas Sarkozy a choisi l’inverse. Il a préféré, bien que totalement dépourvu de toute crédibilité, s’abandonner encore à de mirobolantes promesses en matière d’immigration. Formulées dans la dernière ligne droite, au terme de 5 années d’immobilisme absolu en la matière, comme le prouvent les statistiques –officielles- des entrées étrangères sur le territoire national, ces engagements n’ont guère de chance convaincre. L’électorat de Marine Le Pen sera donc a confronté au choix douloureux entre l’abstention ou le vote pour le président sortant, sachant pertinemment que, dans ce dernier cas, il a de fortes chances d’être, une fois de plus, « cocu ».

Notons d’ailleurs que cette problématique de l’immigration, pourtant essentielle, oh combien, pour la survie de notre pays en tant que nation et société organisée, n’a été qu’effleurée de façon superficielle par les candidats bien pensants, et nullement traitées en profondeur, notamment par le parti socialiste qui s’affirme décidément comme « le parti de l’étranger », parti manifestement animé par une profonde pulsion suicidaire et anti française.

Ce qui montre bien le sérieux d’une campagne électorale « en dentelles » bien éloignée des graves échéances qui nous attendent dans quelques semaines.

4 réflexions au sujet de « Quelques réflexions –désabusées– entre les deux tours de scrutin »

  1. Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour vos articles qui sont d’une clairvoyance que j’apprécie énormément. Je suis, comme vous le dites, dans une impasse entre la peste et le choléra. Nous aurons très certainement Hollande. avec un sénat et une assemblée nationale à gauche, la France voguera toutes voiles roses dehors pendant 5 ans. Laissons-les se planter lamentablement, laissons-les mettre la France à genoux, si nous devons passer par cette période obscure pour mieux rebondir après, c’est un sacrifice que nous ne pouvons, malheureusement pas éviter.
    Bien cordialement.
    l’adresse de notre blog : http://contribuables.aubagne.over-blog.com

  2. Hollande ou Sarkozy…. La « Criiiiiise » comme on l’appelle est inévitable, même programmée puisque le monde est à la speculation….Tant qu’on ne sortira pas du marché des capitaux, nous serons toujours à la merci des marionnettistes qui font ce qu’ils veulent de nos taux d’interet et de notre dette…Préparons nous au Crash car nous n’avons pour le moment senti qu’une légère secousse….bref..pauvre petite Grèce qui peut etre en raison d’ une mauvaise gestion a surendetté le pays mais elle fut elle aussi la premiere victime des spéculateurs, les mêmes qui notent nos Etats, élisent nos Dirrigeants et décident de couler l’Europe en appuyant sur le bouton  » vendre/acheter »……La france est forte, riche et nous devons travailler, épargner, cotiser, se culpabiliser, etre fiscalisés, etre divisés, tolérants mais pas trop, indignés mais pas trop… c’est sans fin…tout ça pour payer une dette qui du jour au lendemain peut se multiplier au profit de milliardaires spéculateurs…..

    …Maintenant concernant le FN et le second tour, je pense qu’on peut au moins reconnaitre au FN d’avoir évoqué le premier (en tant que parti) le vrai problème identitaire et immigratoire que connait la France…Que cela n’en déplaise à certains la question devra être évoquée avec plus de profondeur et de crédibilité vous avez raison Monsieur Laulan….L’immigration n’est pas un gros mot et si nos politiciens ne s’en servent que comme outil de campagne, je crains que le pb ne leur revienne à un moment dans la tete comme un boomerang, en esperant qu’il ne soit pas deja trop tard…Lorsque j’ai d’ailleurs entendu monsieur Hollande parler du vote des etrangers au niveau local, je vous avoue que le nom de votre ouvrage  » La France, une nation suicidaire » m’est venu en tête avec une automaticité insolente…mon cerveau commencerait il à comprendre et à s’adapter….?! Nous verrons ce que nous reserve le 6 mai….

  3. N’hésitez pas à diffuser.

    Lettre à l’attention de mes amis du camp national tentés de voter Sarkozy

    Ces derniers jours j’ai reçu deux courriers, assez inquiétants je vous l’avoue, d’amis, militants de la cause nationale de longue date, qui appellent à voter Nicolas Sarkozy au 2è tour de l’élection présidentielle. Cela m’interpelle. Suis-je déjà arrivé à un âge où mes amis commencent à perdre la mémoire, pire, le ciboulot ? Car en effet :

    · Qui a fait appliquer le traité européen malgré le non massif des Français au référendum ?
    · Qui a nommé Frédéric Mitterrand, Bernard Kouchner, Fadela Amara, Rama Yade, Eric Besson etc à des postes de secrétaire d’état ou de ministre ?
    · Qui a mis à la tête de France Inter, le patron de Charlie Hebdo, Philippe Val ?
    · Qui a pris Bernard-Henri Lévy comme conseiller particulier ?
    · Qui a lancé la France dans une guerre en Lybie et y a installé la charia (à moins que ça ne soit pour détruire des preuves de financements occultes …) ?
    · Qui a laissé des soldats français se faire tuer en Afghanistan dans une guerre qui n’est pas la nôtre ?
    · Qui a augmenté la dette française de plus de 500 milliards d’euros ?
    · Qui a créé plus d’une vingtaine de nouveaux impôts rien que ces 5 dernières années ?
    · Qui laisse plus de 200 000 immigrés rentrer légalement en France chaque année ?
    · Qui continue de rembourser l’avortement et ne revient pas sur le pacs ?
    · Qui est soutenu par un parti qui défile officiellement à la gay pride ?
    · Qui a reconnu l’indépendance de l’état fantoche et musulman du Kosovo ?
    · Qui explose tous les records de chômage et aggrave la précarité dans notre pays?
    · Qui a mis en place les lois Hadopi pour contrôler tout ce qui se dit et se fait sur internet ?
    · Qui laisse un lieu de culte catholique se faire profaner chaque jour sans rien faire mais se fend d’un communiqué ou se déplace dès qu’une tranche de jambon est jetée sur les marches d’une mosquée ou un graffiti est retrouvé sur la boîte aux lettres d’une synagogue ?

    La liste est, hélas, bien plus longue que cela mais elle est plus que symbolique des réalisations concrètes d’un président qui s’était pourtant fait élire pour éradiquer « l’esprit de mai 68 » et qui clamait « la France, aimez la ou quittez la ».

    Sarkozy, nous le savons, trahit toujours ses promesses électorales. C’est un incompétent qui a plongé la France dans le marasme et nous a mis au ban des super puissances mondiales. Sarkozy a passé son quinquennat à faire avancer les idées libérales des bobos cosmopolites, à se pavaner dans les palaces de ses amis et à placer des personnalités de gauche à des postes de pouvoir. C’est pour cela qu’il est temps qu’on lui remette son solde de tout compte et qu’on lui dise enfin adieu !

    En cette veille de 2è tour, il nous ressasse sa recette miracle pour être élu : des attaques soudaines contre la gauche, un discours national, voire nationaliste et l’espoir que les électeurs vont croire qu’il va faire demain ce qu’il n’a jamais fait pendant toute sa carrière politique et encore moins depuis qu’il est ministre ou président.

    Chers amis, il faut que la fausse droite explose car elle ne peut continuer à nous cracher dessus puis pleurer pour obtenir nos voix en période électorale. Faut-il rappeler que les soutiens les plus proches de Sarkozy se battent quotidiennement avec acharnement contre nos idées ! Le CRIF et SOS racisme, que Sarkozy subventionne, harcèlent les mouvements nationaux et identitaires à longueur de journée. Laurence Parisot, président du MEDEF a écrit un pamphlet contre Marine Le Pen, Nathalie Kociusko-Morizet, la porte parole de Sarkozy, elle aussi a écrit un pamphlet contre Marine Le Pen et a clamé haut et fort qu’entre le PS et le FN elle voterait PS. Le ministre de l’intérieur sarkozyste Claude Guéant a dit, lui, qu’il ne voterait pas FN. Xavier Bertrand, qui n’est qu’un parmi les très nombreux francs-maçons entourant Sarkozy, proclame qu’il n’y aura jamais d’alliance entre le FN et l’UMP… Allez vous quand même leur donner votre voix ? Jusqu’où ira le masochisme de la droite nationale française ?

    La seule cause qui soude encore l’état major de Sarkozy c’est sa lutte contre le FN. Car l’UMP, elle, est en train d’imploser entre ses chefs qui se battent à mort pour succéder à Sarkozy, sa pauvreté idéologique et sa base déboussolée qui est de plus en plus attirée par le discours de Marine Le Pen. Nous devons profiter de cette crise pour précipiter l’effondrement de cette droite qui ne nous représente pas et qui, ces dernières décennies, n’a fait que nous utiliser pour voter des programmes qui sont à l’opposé de nos convictions ! Faut-il rappeler que c’est M. Sarkozy et ses amis de « droite », et non la gauche, qui ont légalisé l’avortement, le regroupement familial et le traité supranational de l’Europe de Bruxelles !

    Il se passe quelque chose dans ce pays aujourd’hui ! Marine Le Pen a doublé le dernier score de son père au premier tour, et la classe politique toute entière reprend nos thèmes de campagne que ça soit Bayrou qui milite maintenant pour la préférence nationale ou même Hollande qui dit qu’il faut limiter l’immigration économique. Nous avons enfin rendez-vous avec l’histoire et il est temps qu’on coupe le cordon ombilical avec une droite de façade qui ne cesse de mener des politiques contre les intérêts de la France et des Français ! Il est temps qu’on reconstruise un vrai mouvement des patriotes sur les ruines de l’ensemble des partis français et de l’ump en tête !

    Une fois Sarkozy battu, nous aurons une occasion inespérée de construire un véritable rassemblement des nationaux luttant pour nos valeurs afin de reprendre enfin le pouvoir et le rendre aux Français. Cela signifie clairement que Nicolas Sarkozy doit perdre cette élection présidentielle. Hollande fera-t-il pire que Sarkozy ? Sur certains points certainement, sur d’autres non, mais dans l’ensemble ça sera pareil car tous les deux prennent leurs directives des mêmes groupes d’influence. Hollande président, c’est dur à accepter mais c’est le prix à payer pour que nous nous débarrassions enfin d’une droite qui fait tout le contraire de ce qu’elle promet. Il est important que l’ump perde car c’est un fait avéré que partout en Europe où les droites nationales sont associées au pouvoir et gouvernent cela s’est toujours fait lorsque les socialistes étaient précédemment au commandes. La droite nationale fait toujours une meilleure opposition (on en a l’habitude …) et oblige, dans ces scenarii, les autres formations dites de « droite » à recomposer avec elle. Que cela soit aux Pays-Bas, en Suisse, en Italie ou en Autriche cela a toujours été le cas.

    Personnellement, chers amis, pour la France et afin de précipiter la chute de cette droite qui nous trahit depuis plus de 30 ans, j’irai glisser un bulletin Hollande dans l’urne dimanche prochain. Vous n’êtes pas obligé d’en faire autant mais, de grâce, soyez cohérents et lucides et cessez d’apporter vos voix à ceux qui nous cajolent puis nous crachent dessus. Il vaut mieux, en face de nous, des ennemis que des traîtres. Nous n’en sortirons que plus forts comme cela s’est démontré ailleurs en Europe.

    Expédiez l’UMP et ses bonimenteurs dans les poubelles de l’histoire.

    Ne votez pas Sarkozy.

  4. Monsieur Triskhell,

    A lire votre post j’ai bien compris que vous faisiez parti du parti Front national. Ce parti semble, je dis bien » semble « s’adoucir depuis la presence de Marine Lepen, parti qui n’a jamais rassurer quand monsieur JM Lepen tenait des propos haineux et pour le coup profondement racistes. Je voterai pour Nicolas Sarozy car ce qui m’importe monsieur aujourd’hui c’est l’economie de mon pays. Nous allons vers l’austerité c’est une evidence, Sarkozy et Hollande n’y pourront rien.  » The Economist » dit que les speculateurs de la dette ciblent la France apres ces elections, nous allons manger notre pain noir c’est une evidence et je ne veux donc pas que mon pays s’enfoncent dans des dettes publiques déjà trop importantes. Il est vrai qu’à force d’etre toujours politiquement correct les politiques ont nié des evidences, que ce systeme de financement sur les marchés financiers s’ecroulerait, que le probleme identitaire allait se reveiller…Nous sortirons certainement de l’euro je n’en doute pas… Le FN avait lui aborder ces themes, il est vrai. Je ne pense pas que l’ UMP implosera, je pense que le Modem est par contre en train de s’ecrouler, le PS tient en equilibre donc nous verrons s’effondrer d’autre partis avant l UMP a mon sens. Maintenant je pense que le FN doit faire ses preuves, le FN doit rassurer sur ses mesures, sur son ideologie aussi car lorsque l’ont voit sur votre page facebook des mots comme  » la france aux français de souche.. » on se dit qu’il y a encore du chemin pour que votre electorat encore imprégné de JM LEPEN se responsabilise. Je ne pense pas que Monsieur Sarkozy se radicalise je pense qu’il a compris qu’il y avait un vrai probleme identitaire, les anthropologues, politologues , demographes en parlaient d’ailleurs avant le FN, donc ces theses n’appartiennent à personne. Je vais lui faire confiance et le laisser continuer son programme pour 2012 car aujourdhui c’est celui qui tient le discours le plus coherent, à mon sens. Donc je ne vote pas contre un candidat, je vote pour un programme et tout le monde devrait faire pareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>